Les Nouvelles



Les vers du cœur

Le 20 avril 2015

Que sont les vers du cœur?

La maladie du ver du cœur (ou dirofilariose) se produit principalement chez les chiens, mais elle peut aussi se manifester chez les chats et d’autres animaux. La maladie du ver du cœur est causée par un parasite appelé Dirofilaria immitis, qui, dans ses formes adultes et reproductrices, se loge dans la partie droite du cœur et les vaisseaux sanguins adjacents. Sa présence dans ces vaisseaux sanguins cause des faiblesses cardiovasculaires, une capacité respiratoire réduite et, éventuellement, la mort. Lorsqu’un maringouin prend du sang d’un chien ou d’un chat infecté, il consomme des formes microscopiques du parasite appelées microfilaires. Une fois à l’intérieur du maringouin, les microfilaires deviennent des larves infectieuses. Plus tard, lorsque le maringouin pique une nouvelle victime, les larves infectieuses se retrouvent dans le flot sanguin et infectent ce chien ou ce chat. 
 
Quels sont les signes d’une infection par le ver du cœur?
Une fois infecté, un animal de compagnie devient un « porteur » ou réservoir d’infection. Il faut compter environ de six mois et demi à sept mois pour que les larves infectieuses migrent jusqu’au cœur, atteignent le stade adulte et commencent à produire de nouveaux microfilaires à l’intérieur du système sanguin. Selon la charge parasitaire, les vers adultes peuvent se loger dans la partie droite du cœur et les artères pulmonaires, tandis que les microfilaires circulent dans le flot sanguin. Un chien ou un chat peut être infecté par des vers du cœur et ne manifester aucun signe clinique. Lorsque les signes cliniques se produisent, la maladie est à un stade avancé et plus difficile à traiter. D’abord, les animaux de compagnie peuvent manifester une toux chronique et avoir une endurance réduite à l’effort. Au Canada dans de rares cas, l’animal peut mourir.
 
À quelle fréquence mon animal de compagnie doit-il être testé pour le ver du cœur?
Au Canada, la prévention des parasites est gérée au cas par cas, car le risque de maladie parasitaire de votre animal individuel est considéré. Les facteurs qui peuvent influencer la décision de votre vétérinaire à effectuer un test pour le ver du cœur peuvent inclure le style de vie de votre animal, son état de santé, votre emplacement géographique, les considérations relatives au foyer qui peuvent être pertinentes et la thérapie préventive proposée. Votre vétérinaire vous informera sur la fréquence recommandée pour les tests de votre chien. 
 
Comment puis-je protéger mon animal de compagnie contre le ver du cœur?
La prévention est préférable au traitement. Bien qu’il y ait un traitement offert, il peut être associé à des risques pour la santé et est coûteux. Vous pouvez obtenir auprès de votre vétérinaire des médicaments oraux et topiques administrés mensuellement qui se sont avérés hautement efficaces dans la prévention de la maladie du ver du cœur.    
 

Maladie de Lyme

Le 14 janvier 2015

Qu’est-ce que la maladie de Lyme?
La maladie de Lyme est causée par une espèce de spirochète (bactérie) du groupe Borrelia burgdorferi dont les rongeurs sont communément porteurs. La transmission de la bactérie se produit lorsqu’une tique mord un rongeur infecté et contracte la bactérie. La tique transmet alors la bactérie lorsqu’elle mord un humain ou un animal et se nourrit pendant aussi peu que 24 heures. Ce ne sont pas toutes les tiques qui sont porteuses de la bactérie qui cause la maladie de Lyme.
 
Quels sont les signes de la maladie de Lyme?
Une fois infectés, les chiens peuvent manifester une démarche raide et un dos courbé, une sensibilité au toucher, de la fièvre, un manque d’appétit, la dépression et une inflammation des articulations et des ganglions.Les signes de la maladie de Lyme se produisent habituellement des semaines après une morsure de tique. Cependant, la plupart des chiens ne développent pas de signes cliniques lorsqu’ils sont infectés par Borrelia burgdorferi.
 
À quelle fréquence mon chien doit-il être testé pour la maladie de Lyme?
Le besoin d’un test sera déterminé par le style de vie de votre chien et votre emplacement géographique. Une discussion sérieuse avec votre médecin vétérinaire à propos des facteurs de risque de votre chien pourra vous aider à déterminer si votre animal de compagnie doit être testé. La connaissance de la prévalence de cette maladie dans votre région et les endroits que vous fréquentez avec votre animal de compagnie sera importante afin de déterminer la série de tests et les mesures préventives que vous choisirez en consultation avec votre médecin vétérinaire.
 
Comment puis-je protéger mon chien contre la maladie de Lyme?
La meilleure prévention consiste à éviter les régions infestées par les tiques. Après avoir marché dans des secteurs avec de l’herbe haute, passez vos mains dans la fourrure du chien pour détecter la présence de tiques, en portant une attention particulière aux oreilles, à la tête, au cou, au ventre et aux pattes. Vous pouvez obtenir des médicaments préventifs efficaces auprès de votre médecin vétérinaire pour protéger votre animal contre les tiques. La vaccination contre la maladie de Lyme est recommandée pour les animaux de compagnie qui habitent dans des régions endémiques ou qui voyagent dans des régions où la maladie de Lyme est prévalente. 
 
Comment puis-je enlever une tique de mon chien ou chat?
En utilisant des pinces à épiler ou un outil à enlever des tiques, saisissez soigneusement la tête de la tique et tirez lentement. Ne tournez pas la tique et évitez de l’écraser pendant que vous la retirez. Conservez la tique dans un flacon à médicaments vide ou deux sacs Ziploc® insérés l’un dans l’autre et appelez votre clinique vétérinaire pour demander si vous pouvez la faire analyser.
 
Dernière mise à jour récente sur la maladie de Lyme au Canada
Les populations de tiques sont à la hausse au Canada. En 1990, des tiques porteuses de la maladie de Lyme se trouvaient seulement à Long Point, au bord du lac Érié, dans le sud de l’Ontario. Aujourd’hui, elles ont été identifiées dans d’autres régions du sud et de l’est de l’Ontario, de la Nouvelle-Écosse, du sud du Manitoba et du Nouveau-Brunswick. Des tiques porteuses de la maladie de Lyme ont aussi été repérées récemment en Colombie-Britannique, en Saskatchewan, au Québec et en Alberta.


L’obésité représente un grave risque pour la santé des animaux

Dans le Rapport sur le bien-être des animaux au Canada (publié en 2011), les vétérinaires canadiens ont identifié le contrôle et la gestion du poids comme le plus important geste que les propriétaires d’animaux peuvent poser afin d’accroître la durée de vie de leur animal de compagnie. Les propriétaires doivent comprendre que l’obésité des animaux de compagnie comporte de graves risques pour leur santé et, qu’en fait, la liste des effets néfastes de l’obésité sur la santé s’avère très longue.

Les animaux obèses résistent moins bien aux infections et sont moins aptes à combattre les maladies infectieuses. Ils présentent aussi une plus forte incidence d’arthrite, de problèmes de colonne vertébrale, de déchirures de ligaments des genoux et de troubles locomoteurs que les animaux dont le poids est normal.

L’obésité diminue l’endurance pendant l’exercice, accroît la fatigue et la pression sanguine. L’effort supplémentaire imposé au cœur contribue à une augmentation des cardiopathies chez les animaux obèses et finit par produire une défaillance cardiaque.

Il est plus difficile de poser des diagnostics chez les animaux obèses, car il est plus malaisé de les ausculter et de les palper, et de prélever des échantillons satisfaisants. L’anesthésie et la chirurgie représentent un plus grand risque pour les animaux obèses, puisque leurs fonctions respiratoire, hépatique et rénale sont souvent réduites et qu’ils risquent davantage de voir leur plaie s’infecter. En plus, ils ont besoin d’une plus grande quantité d’agents anesthésiants que les animaux de poids normal.

L’incidence des problèmes de peau est de 40 p. 100 plus élevée chez les chiens obèses que chez ceux dont le poids est idéal. Compte tenu des propriétés isolantes de la graisse, les animaux obèses endurent moins bien la chaleur de l’été et beaucoup d’entre eux deviennent irritables.

Voici d’autres problèmes associés à l’obésité : 

  • Diabète sucré – Les animaux obèses risquent davantage de souffrir d’un diabète sucré grave. 
  • Troubles gastro-intestinaux – Les animaux obèses ont plus de problèmes de constipation, de flatulences et d’ulcères d’estomac. 
  • Incidence accrue de cancer – On note une incidence supérieure de cas de cancer chez les animaux obèses. Ainsi, l’incidence des cancers chez les chiens obèses est de 50 p. 100 plus élevée que chez les chiens de poids normal. 
  • Diminution de la fonction hépatique – À cause de l’accumulation de gras dans le foie, le fonctionnement de cet organe est compromis chez les animaux obèses.
  • Hypertension artérielle – La haute pression sanguine (hypertension) s’accentue avec l’obésité, et l’hypertension accroît les risques d’insuffisance rénale et de troubles cardiovasculaires. 
  • Fonction hormonale compromise – L’obésité ralentit la production des hormones de croissance et compromet la fonction de reproduction. 
Tous ces effets contribuent à raccourcir l’espérance de vie et compromettent la qualité de vie des animaux. Les animaux en santé et en bonne forme physique vivent plus longtemps, sont plus heureux et profitent davantage de la vie. Consultez votre vétérinaire pour savoir comment vous pouvez prévenir l’obésité chez votre animal et protéger sa santé. 
 

 


Animaux exotiques

Tout comme votre chien ou vote chat, votre animal exotique a besoin d’un examen annuel afin de s’assurer qu’il soit en santé, même si la majorité de ces animaux n’ont pas besoin de vaccination.

Les furets constituent l’exception : ils devraient recevoir annuellement une protection contre le distemper (maladie de Carré) et la rage. Lors de votre visite pour ces vaccins, nous pourrons passer en revue, avec vous, les conditions de régie de la vie de votre animal (alimentation, entretien de la cage, soins dentaires, taille des griffes). 

D’autre part, nous suggérons fortement la stérilisation, pour prévenir les problèmes comportementaux et certaines complications médicales. Vous pouvez par ailleurs vous procurer, dans notre boutique, toute la gamme de nourriture de qualité Oxbow pour lapins et rongeurs.

 


 

Nos Animaux Seniors

Les animaux de compagnie comme les humains vivent de plus en plus vieux et ainsi, doivent recevoir des soins de santé adaptés à leur condition. Ils bénéficieront de tests préventifs, d’une diète appropriée et d’une détection précoce de symptômes qui peuvent être associés à des maladies fréquentes telles que le problème rénal et l’hyperthyroidie chez le chat et le problème articulaire ou le diabète chez le chien.

Les animaux vieillissent plus rapidement que les humains. On peut noter, en général, que 4 ans de vie chez le chat équivaut à environ 1 an chez l’humain; contrairement à 4 à 7 ans chez le chien, de race petite à géante. Voici donc une raison additionnelle pour mettre l’emphase sur la détection précoce de maladies. En effet, à partir de 7 ans, un examen biannuel ainsi que des prises de sang et une analyse urinaire seront recommandés. Cette information pourra confirmer que l’animal en question est en bonne santé ou permettra de décider d’un plan de traitement et d’un suivi approprié si une maladie est détectée.

Les animaux âgés en santé bénéficieront d’une nourriture de grande qualité qui favorisera le maintien de la santé mentale, digestive, rénale, articulaire et d’une bonne masse musculaire. L’animal âgé a des besoins différents d’un jeune animal et doit donc recevoir une nourriture adaptée.

Certains problèmes de santé sont beaucoup plus fréquents chez les animaux âgés. Chez le chat par exemple, on diagnostique régulièrement une perte de fonction des reins (insuffisance rénale) ainsi que l’hyperthyroidie. Il faudra donc porter une attention particulière à la consommation d’eau et la production d’urine. Ils seront augmentés lors d’insuffisance rénale et des vomissements pourront apparaître ou la fréquence en sera augmentée. Pour l’hyperthyroidie, on peut noter une augmentation de l’appétit et de la vocalisation et, dans les deux maladies, une perte de poids pourra être notée.

Chez le chien, on observe sur une base régulière des problèmes de boiterie/raideur de tout genre associés à des changements dégénératifs (arthrose) et de l’inflammation (arthrite). On peut également voir du diabète qui se traduit par une augmentation de la consommation d’eau, de la production d’urine et une perte de poids. Si la maladie n’est pas détectée tôt, des complications se développeront et l’état de santé de l’animal se détériorera (perte d’appétit, vomissement, léthargie), ce qui compliquera le traitement.

Finalement, pour avoir un animal âgé en santé, il est primordial de prendre en considération son âge, d’effectuer des tests de dépistage sanguin et urinaire, d’avoir une nourriture appropriée à sa condition et d’être à l’affut de tous changements précurseurs de maladie.

 

 Dre Chantal Bélanger

Malou avec appereil de radiographie numérique